SORTIES VTT DE LOULOU

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

vendredi 14 juin 2019 - journée cohésion boulot

ville_depart

BOISSY-SOUS-SAINT-YON (91)

affiche

recit Ce matin, j'ai rendez-vous avec les collègues pour une sortie cohésion VTT. J'en profite pour tester ma nouvelle tenue aux couleurs du club VTT Gendarmerie. Comme prévu, je m'y rends à VTT, mais contrairement au jour de la reco où j'ai pris le chemin le plus court, cette fois-ci, la distance est légèrement plus longue. Ca commence par la traversée de la zone de la marinière où je suis obligé de taper au carreau d'une camionnette qui redémarre sans mettre le clignotant. Un peu surpris, il n'ose même pas me doubler jusqu'à l'arrivée de la Zone de la Croix Blanche. Ensuite c'est la piste cyclable jusqu'au bassin de Carouge. La vallée de l'orge à cette heure là est tranquille. Ce ne sont pas les deux randonneuses que j'ai croisé qui me contrediront. Arrivé à ARPAJON, je suis ralenti par les jeunes qui se dirigent vers l'école. C'est aussi jour de marché, mais je ne suis pas génédans la traversée de la ville. Il ne reste plus qu'à remonter vers le lycée de LA NORVILLE. Arrivé à la RD19, je tombe nez à nez avec une piscine qui entrave le tunnel. Mais bon, ce n'est pas une flaque d'eau qui va m'arrêter. Au plus profond, l'eau effleure le haut de la roue. Au moins la transmission est lavée. Je suis à peine arrivé à AVRAINVILLE, que Pandore m'appelle. je lui réponds que je suis à 10 minutes. Il ne reste plus qu'à emprunter le tunnel sous la RN20 où il faut se boucher le nez car certains le prennent pour un urinoir. Je retrouve les 14 volontaires à nous suivre Pandore et Moi sur cette sortie. On n'a même pas encore atteint la première montée dans le Bois de la Hallebardière que déjà le groupe s'est allongé. Voilà pourquoi le rôle de l'ouvreur et du serre-file sont essentiels dans une sortie encadrée. C'est Pandore qui s'occupe de ramener les brebis égarées. Au sommet du Bois des Roches, le regroupement se fait mais il ne faut pas traîner car les moustiques aiment bien la chair fraîche. Après avoir contourner l'église de MAUCHAMPS, nous repartons vers la RN20 où nous surprenons une biche cachée dans le champs de blé. Arrivée dans la Forêt de Chamarande, je réduis le tracé en évitant la descente du ravin et surtout la remontée du château. La vue depuis le belvèdère valait bien cette modification proposée par Frédéric. Au sommet de la route pavée, nous retrouvons le tracé initial. Les moustiques sont toujours présents aux moments des regroupements. On vient de passer les ruines d'une au Lièvre d'or que les moins rapides ont disparus. "Allo, t'es où ?" Et là pandore me réponds qu'il est sur la trace et qu'il sur la plaine en approche d'un verger. Bizarre que deux gps n'indiquent pas le même chemin. Ayant compris où il n'avait pas tourné, en compagnie de ceux qui m'avaient suivi, je pars à la rencontre Pandore. Cette fois-ci le groupe est complet et nous pouvons reprendre la voie bordée de pierres estampillées par un "C" comme comté de Chamarande en passant pas le col du Rendez-vous de Chasse pour retrouver le mur du centre d'essais de Renault. On vient à peine de quitter l'enceinte surmontée de barbelés que dans la montée de la cuvette, j'entends un bruit de rayons frottant sur quelque chose. Le résultat est sans surprise. Le dérailleur du VTT de Julien. est dans les rayons. La chose encore plus improbable est que c'est organe qui est quand même sollicité en permanence est composé d'une chape en plastique. Et oui, vous aussi vous êtes surpris !. Je redresse le mécanisme, finalise par la pose d'un rilsan. Il repart par le chemin le moins cahotique en compagnie de David. C'est donc à treize qu'on termine la balade en sortant de la forêt de Cheptainville. Dans la côte après le terrain de dirt, les mollets sont chauds pour deux collègues, je me joint à eux pour la fin de la montée à un rythme un peu plus soutenu que celui d'une promenade. A l'arbre couché, je fais demi-tour pour attendre les autres. La longue ligne droit plane des Bois Blancs va permettre de souffler avant de retrouver les chemins herbeux. Les herbes sont si hautes qu'elles cachent une biche qui s'enfuie à notre approche. Après s'être fait chatouiller les genoux, nous arrivons au sommet de la dernière difficulté. La descente caillouteuse et humide qui nous ramène au terrain d'aéromodélisme du BAS DE TORFOU. Le tunnel  sous la RN20 est encore la solution pour revenir au point de départ. On, arrive juste à l'heure pour la remise des récompenses pour ceux qui ont préféré faire du sport sur le stade de Boissy. Le verre de l'amitié précède le repas. Un barbecue organisé par les collègues antillais permet de reprendre des forces car j'ai prévu de la distance pour cet après-midi. Je repars cap plein Est. C'est que du terrain roulant, alors j'en profite jusqu'à ce que le marécage après la ferme de la Doudou qui m'avait surpris le jour de la reco me ralentissent. La portion asséchée est un véritable labour. Après ce ralentisement de CHEPTAINVILLE, Je continue en direction de SAINT-VRAIN. Là je me colle dans l'aspiration d'une trotinette électrique qui roule à fond sur la piste cyclable qui longe le stade Beltoise. Le confirme avec 28 km/h. Mais dès que la piste sillonne en sous-bois, il est contraint de réduire la vitesse. La plaine vers VERT-LE-PETIT est roulante malgré des portions d'herbes hautes. Aux étangs, je retrouve le GR11 qui longe l'Essonne. ECHARCON me fait changé de rythme avec la montée puis la descente pour le contournement du château. Au domaine de Montauger, je retrouve la civilisation avec l'embouteillage de tous les soirs à cette heure là. Comme tout le monde est arrêté, inutile d'attendre que le feu passe au vert. Au Moulin d'ormoy, je continue le long de l'Essonne jusqu'au passage sous l'autoroute A6. Bizarrement, là aussi il y a une mare d'eau. Je remonte le long des vergers de Villabé avant de récupérer le Cirque de l'essonne. Mais cette fois-ci je ne vais pas remonté par la côtes des gitans, mais par la gare de Robinson. Une montée suivie d'une sente à peine défrichée. C'est d'ailleurs moi qui vers couper les ronces pour me faciliter le passage. je retombe dans la Zone Commerciale de Marques Avenue. C'est l'heure de pointe. Alors il faut zigzaguer entre les bagnoles car les pistes cyclables n'ont pas été prévues et les trottoirs ne sont pas assez larges. La vitesse de l'escargot relevée sur le rond-point me permet de la franchir rapidement. Arrivée au dépôt du transporteur, il ne reste plus qu'à me rendre au boulot. Maintenant, je l'avoue, c'était prévu. Car ce soir un collègue fait son pot de départ. Mais comme j'ai réunion ce soir, je ne m'attarde pas et nous trinquons avant l'arrivée des invités. C'est par le chemin le plus court que je repars vers la maison. Et oui, il faut bien finir cette sortie. Elle m'a permit de dépasser les 2000 km pour cette année mais aussi de constaté que le cuissard est confortable.
parcours

photos

profil

films

traces_gps

incident Kilomètre, casse du dérailleur de Julien.

plaque_guidon

distance
Liaison aller = 23.7km
Parcours rando = 26.2 km
Liaison retour = 66.4 km
Distance totale = 92.6 kilomètres.
369 mètres.
denivele
terrain
Le terrain roulant
Quelques portions humides
Tunnel sous RD19 innondé
Ravito au kilomètre 49.9 
ravitaillement
meteo
Ciel bleu
 18 degrés au début de la sortie
 28 degrés au retour
temperature
Vous êtes ici : Mes sorties VTT Mes sorties 2019 VTT vendredi 14 juin 2019 - journée cohésion boulot