SORTIES VTT DE LOULOU

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

vendredi 11 mars 2016 - reconnaissance nocturne du gardien

ville_depart

BONDOUFLE (91)

affiche

recit Ce soir, en compagnie de Jean-Mi, je prends la direction du COUDRAY-MONTCEAUX. Tous feux éteints, car à 18h10, la nuit n'est pas encore tombée.  Roland, Pierre et Michel sont eux aussi au rendez-vous. Nous sommes là pour repérer de nuit le tracé de la randonnée nocturne du gardien. C'est le club du Coudray qui pilote la sortie. Enfin, je le pensais. 19h30, "Bon nous allons faire deux groupes, moi je contrôle la BAC qui ouvre la sortie" nous lance Patrick le responsable de la rando. Nous sommes dix-sept au total. Trois autres membres du club du Coudray nous accompagnent. Nous sommes à peine parti que Roland se trompe et pourtant, il fait parti de ce qui ont repéré de jour dimanche dernier. Je reprends les commandes pour descendre le raidillons des laveuses et remonter l'écluse. je passe le relais à Pierre qui cède la main à Jean-mi pour le contournement du stade. A l'entrée de la forêt, je reprends les rênes. Au bosses je redonne à Jean-mi le commandement jusqu'au GR. De retour sur le bitume nous nous accordons une pause pour attendre Patrick qui s'est arrêter pour poser des flèches. Le long du ru tout va bien, enfin presque car Jean-Mi dévie un peu et je le remets sur le bon chemin. Au sommet de la côte caillouteuse, rebelote. Un demi-tour s'impose pour revenir sur la trace. Enfin sur la route, car j'ai choisi l'option "naviguer à la route sur le GPS". Le souci est que je l'ai mis en automatique, et lorsqu'il n'y a pas de chemin sur la carte, il calcule un nouvel itinéraire. C'est pourquoi au carrefour du Dauphin, il m'emène sur une mauvaise direction. Personne ne réagit. A la table du Roi, le Gps est perdu car il me ramène sur la RN446. Là nous nous sommes vraiment écartés. Je décide de reprendre la "navigation au tracé". Certes la trace sur la carte est moins visible, mais au moins elle est bonne. De retour sur la table du Roi, nous retrouvons nos amis du Coudray. Patrick, nous ramène sur le Gardien, une sculpture représentant une tête surmonté de cerfs. le temps de prendre la photo, les lampes du deuxième groupe, parti deux minutes arpès nous, transperce la forêt. Il est temps pour nous de repartir. C'est la portion la moins éprouvante car mise à part la descente pavée du Pavillon Royal et le contournement des Pessards, c'est du bitume un peu frisquet le long de la Seine, nous amène jusqu'à l'église. Nous profitons de cette escale "barre de céréales" pour faire le point. Nous avons perdu Pierre. Il a été victime d'un saut de chaîne dans la côte des Pessards. Il est repris par le deuxième groupe victime d'une crevaison. Comme j'ai repris les rênes, depuis les pavés, je continue pour la deuxième partie de la sortie. Devant le château de Sainte Assise, j'anticipe la panne de piles du Gps. Cet arrêt m'isole du groupe qui a continué. Jean-mi est resté pour m'aider à retrouver le groupe. mais encore trop confiant, il oublie de tourner avant la carcasse de volkswagen golf. Un demi tour pour retrouver la pente et une portion un peu grasse avant de rejoindre les autres. le passage devant la station d'épuration est boueuse. "Ah non, faut pas s'arrêter dans la boue" me lance Patrick. "C'est pas de ma faute, je suis resté collé". La traversée de SEINE-PORT n'est qu'une formalité avant de retrouver la côte pavé du Pavillon Royal. Mais là, à mi pente, Roland nous dépasse telle une fusée. Je ne sais pas ce que lui donne les routiers bondouflois à manger et à boire, mais là il faut qu'il nous donne la recette. En haut je reprends les rênes. Mais comme les tracés de l'aller et du retour se juxtaposent sur le chemin du Gouffre et que c'est justement le tronçon qu'on a loupé à l'aller, je me trompe une dernière fois. La descente du Gouffre se passe bien et les inquiétudes de montée impraticable s'estompent en arrivant au bas de côte. devant l'entrée de l'institut, j'ai assez travaillé, je laisse la main aux furieux pour rentrer avec les attardés. Il ne nous reste plus qu'à traverser l'écluse, mais ma pédale s'accroche dans les marches qui m'oblige à terminer à pied. La dernière difficulté de la soirée est la remontée du raidillon des laveuses. Mais cette fois-ci, c'est le guidon qui s'accroche sur la barrière et c'est la mise à pied obligatoire. Impossible de repartir, car le VTT se cabre dès que j'apppuie sur les pédales. La piste au étoiles nous ramène au Stade à 22h40 où les pizzas viennent d'arriver. Au cours du moment de convivialité pour faire le point, j'apprends que je serais ouvreur du groupe confirmé. Il va falloir que je m'échauffe jusqu'au jour J. Il est 23h55, l'heure de repartir. La température a descendu et Jean-Mi n'a pas oser se découvrir pendant le repas et il le ressent. La vitesse du retour est plus élevée qu'à l'aller et ça se paie direct au moment de monter la Vanne à MONTAUGER. mais sur le plateau, les forces reviennent. A LISSES, je m'arrête pour laisser passer un hérisson que Jean-Mi a évité de peu. Nous arrivons à l'entrée de BONDOUFLE et la lampes cinq leds s'arrête après heures à pleine puissance. 0h45, extinction des feux car je suis arrivé.      

parcours

photos

profil

films

traces_gps

incident
Kilomètre 29.8, saut de chaîne pour Pierre.
Kilomètre 35.2, échange piles du Gps pour Loulou

plaque_guidon

distance
Liaison aller = 13.2 km
Liaison retour = 12.8 km
Rando = 35.6 km
Total de la sortie = 61.6 kilomètres.
511 mètres.
denivele
terrain
Le terrain roulant.
Quelques portions grasses
Pas de ravito 
ravitaillement
meteo
Ciel dégagé
10 degrés au début de la sortie
6 degrés au retour
temperature
Vous êtes ici : Mes sorties VTT Mes sorties 2016 VTT vendredi 11 mars 2016 - reconnaissance nocturne du gardien